logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/03/2013

Christian et Eliane - Article de l'Indépendant du samedi 2 mars 2013

 

 

christian-wallon-avec-eliane-ventenat-en-juillet-2011-lors_285225_516x343.jpg

Perdus en mer au large de la Corse

La lettre d’adieu des disparus de Chalabre

Eliane et Christian voulaient « disparaître volontairement »

Le couple de Chalabrais disparu en mer a laissé une lettre où il expose à mots à peine couverts, son désir d’en finir avec la vie.

 C'est une lettre avec des mots simples, à la fois beaux et tragiques. Une lettre écrite par Christian Wallon, le compagnon d'Éliane Ventenat. Le couple, qui demeurait à Chalabre, avait disparu en mer en octobre dernier alors qu'il séjournait en Corse. Une disparition inquiétante, inexplicable et à laquelle cette lettre donne peut-être un éclaircissement.

Elle a été retrouvée par les gendarmes de la brigade de Pietrosella, dans la résidence du couple, à Coti-Chiavari, deux jours après la disparition. L'information n'avait pas filtré en raison du secret de l'instruction. Il a fallu vérifier si la lettre avait bien été écrite par Christian Wallon. Il y expose, à mots à peine couverts, leur volonté d'en finir avec la vie. La tonalité du texte est à la fois émouvante et déterminée. "Autant que je me souvienne, le couple dit au revoir à ses proches en leur demandant de profiter de la vie", confie une source proche de l'enquête, "mais le mot 'suicide' n'est pas écrit. En revanche, je me rappelle cette phrase : 'On a décidé de disparaître volontairement '. C'est assez explicite".

 

Selon une autre source (sûre également) liée aux investigations, Christian Wallon aurait expliqué qu'il ne voulait pas -et ne pouvait pas- survivre à Eliane, condamnée par la maladie. A t-il voulu la suivre dans la mort ? Interrogé par un confrère de Corse Martin, le procureur de la République d'Ajaccio a déclaré que "pour le moment, l'enquête n'était pas close". Pour l'heure, la question du mode opératoire utilisé par le couple reste sans réponse. Christian Wallon et Eliane Ventenat se sont-ils laissé couler au fond de l'eau après avoir lesté leurs corps ? Ont-ils pris des cachets pour s'endormir, ou pour se tuer ?

Le canot à bord duquel ils ont pris le large était de petite taille, semblable à une embarcation de secours : pas vraiment pratique pour aller pêcher ou faire de longues promenades en mer : "Il suffit d'un coup de couteau et c'est fini", précise un enquêteur, "et d'ailleurs, il n'est pas étonnant qu'on n'ait pas retrouvé le canot". "A priori, il sera impossible de retrouver les corps", confie un collègue de Corse Matin, "car si la disparition a eu lieu là où les enquêteurs le supposent, c'est-à-dire à la sortie du golfe d'Ajaccio, il faut savoir qu'à cet endroit il existe des failles sous-marines profondes de mille mètres. Avec la pression, à ce niveau de profondeur, le corps explose". Et à partir de 30 m tout devient noir, d'une opacité totale, ce qui rend les fouilles quasiment impossibles.

Toutefois, depuis le mois d'octobre, les recherches en mer ont continué. Mais de manière sporadique, à l'occasion d'un survol de la zone effectué pour d'autres raisons. Il était demandé aux équipages de vérifier la surface des flots, au cas où... Ainsi, un hélicoptère de l'aviation légère de l'armée de terre (Alat) a survolé les lieux de même que des hélicoptères de la gendarmerie et du Crossmed (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage méditerranée). Mais aucun indice lié au canot pneumatique, ou au couple, n'a été repéré. Avec le recul, deux faits prennent cependant un aspect troublant.

En 2008, Eliane Ventenat avait participé à un concours de nouvelles organisé par la mairie de Chalabre. Son texte, intitulé "La femme poisson", exprimait un rapport étroit, quasi charnel, entre elle et l'eau. Puis juste avant de partir en Corse, Christian Wallon avait fait éditer un livre de photographies à compte d'auteur. Et son éditeur s'était étonné qu'il veuille payer d'avance les cent exemplaires imprimés. "Il a, paraît-il, énormément insisté, ce qui n'est pas habituel car en général, on paie après la vente", confie un Chalabrois ami de l'éditeur. Il n'empêche qu'à Chalabre, personne ne se souvient d'avoir entendu dire qu'Eliane Ventenat souffrait d'une grave maladie. Mais qui sait, le couple a peut-être gardé le secret ? Jusqu'au bout.   B.C.L’Indépendant : Samedi 2 mars 2013

 

 

 

17:11 Écrit par carcassel | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique